Quel est le fonctionnement des cycles du sommeil ?

07 Dec 2021

Le sommeil est l’un des facteurs les plus importants pour préserver sa santé, et ce, à n’importe quelle étape de sa vie. Une nuit sans sommeil est loin d’être bénéfique pour qui que ce soit. Pire encore, les dormeurs privés de sommeil peuvent développer des problèmes de santé non négligeables. Mais, si nous passons en moyenne près d’un tiers de notre vie à dormir, nous ne savons pas vraiment comment se composent les fameux cycles du sommeil, ni ce qu’il se passe pendant ces phases. C’est pourquoi, à travers cet article, nous nous efforcerons de lever le voile sur tous les mystères qui entourent les cycles du sommeil.

Comprendre le sommeil

Le sommeil est défini scientifiquement par une baisse de l’état de conscience, qui se traduit par une perte de vigilance et une diminution du tonus musculaire. Chaque nuit, notre cerveau est plongé dans une veille plus ou moins profonde, sans pour autant arrêter de fonctionner complètement. C’est de ces phases de veille plus ou moins accrues que découlent les cycles du sommeil que nous allons vous présenter dans la suite de cet article.

À noter que le sommeil est très important pour assurer la bonne santé du dormeur. Aussi, nous vous recommandons de veiller à ce que votre environnement nocturne soit bien adapté à votre confort. Privilégiez, par exemple, un matelas haut de gamme et un oreiller anti-ronflements pour éviter de subir des réveils nocturnes impromptus.

Le déroulement des cycles du sommeil

Pendant le sommeil, le dormeur passe par plusieurs stades dictés par l’horloge biologique interne. Il est possible de comptabiliser entre trois et six cycles qui se succèdent, les uns après les autres. Chaque nouveau cycle de sommeil dure en moyenne entre soixante et cent vingt minutes chacun. Cette moyenne peut bien entendu varier d’une personne à l’autre.

Chaque cycle est lui-même composé de deux phases de sommeil qui s’alternent : le sommeil lent et le sommeil paradoxal. Elles se différencient grâce à l’activité cérébrale qui évolue selon les stades de sommeil.

Les différents paliers du sommeil lent

La première phase d’un cycle du sommeil est le sommeil lent. Cette phase est la plus importante, puisqu’elle représente à elle seule près de 80 % du sommeil. C’est elle qui définit le niveau de qualité du sommeil. Elle se décline en plusieurs étapes qui durent chacune un temps plus ou moins défini.

La phase de transition

La phase de transition, appelée aussi phase N1 représente la période d’un des cycles du sommeil où le dormeur entre dans un état de somnolence. Confortablement installé sur son matelas, sous une couette Emma, il écoute les bruits de l’environnement qui l’entoure et en a pleinement conscience. Le dormeur est fin prêt à tomber dans les bras de Morphée ! Cette phase d’endormissement dure en général quelques minutes avant que le cerveau ne bascule dans la phase suivante du sommeil lent.

Le sommeil léger

La phase N2 du sommeil se traduit par le sommeil léger. Le cerveau est encore très sensible au moindre bruit, à la moindre lumière, mais se laisse lentement aller à la perte de vigilance. Les muscles du corps perdent peu à peu de leur tonus ; c’est notamment dans cette phase que des soubresauts musculaires peuvent subvenir. La fréquence cardiaque diminue et une sensation d’apaisement commence à apparaître, jusqu’à ce que le dormeur sombre dans la troisième phase du sommeil lent.

Le sommeil profond

Le sommeil lent profond dure en général plusieurs minutes et représente près de 20 à 25 % du temps de sommeil global. Dans cette phase N3, l’activité cérébrale ralentit et la consommation en oxygène du corps est réduite. Le cerveau n’est quasiment plus sensible aux perturbations extérieures (bruits, lumières, etc.) ; il est donc très difficile de se réveiller. L’ensemble du corps est au repos et se régénère : c’est la phase du sommeil réparateur, essentiel pour la santé du dormeur. La mémoire et la concentration sont d’autant plus stimulées si le cerveau bénéficie d’un bon sommeil profond. Il en va de même pour la synthétisation de certaines enzymes et hormones, qui ne peut être réalisée qu’une fois le cerveau plongé dans cette phase des cycles du sommeil.

Qu’est-ce que le sommeil paradoxal ?

Le sommeil paradoxal survient à la suite de la troisième phase du sommeil lent. Il représente à lui seul près de 20 % du temps de sommeil d’un dormeur. Pendant cette phase du cycle, l’activité cérébrale est proche de celle de l’éveil. Les muscles sont parfaitement détendus, mis à part les extrémités qui peuvent encore réagir. La respiration et le rythme cardiaque du dormeur peuvent fluctuer et les yeux bougent plus vigoureusement sous les paupières. C’est également dans cette phase que le dormeur rêve. En revanche, le sommeil paradoxal intervient plusieurs fois au cours de la nuit, au terme de chaque cycle. Le cerveau rêve donc plusieurs fois par nuit, mais nous ne nous souvenons que des rêves du sommeil paradoxal de fin de nuit, lorsque le sommeil paradoxal est au plus près de l’état de conscience et d’éveil.

 

Le besoin de sommeil varie d’une personne à l’autre mais la qualité de ce dernier reste cependant essentielle. Nous espérons que cet article vous permettra de mieux comprendre les cycles du sommeil et leur impact sur votre santé.