Somniloquie : parler dans son sommeil, pourquoi ce n’est pas grave ?

12 Sep 2022

Parler dans son sommeil, ça arrive aux hommes comme aux femmes et à tout âge. Faut-il pour autant s’inquiéter si vous êtes concerné ? Explications sur la somniloquie, ses causes et ses conséquences.

Qu’est-ce que la somniloquie ?

La somniloquie désigne le fait de parler en dormant. Ce comportement survient pendant le sommeil, de manière incontrôlée. Il appartient à la famille des parasomnies. Les paroles sont la plupart du temps inaudibles ou incompréhensibles.

 

Bon à savoir :

La neuropsychologue française Ginevra Uguccioni a mené une étude sur la somniloquie. Celle-ci révèle que plus de 70 % des personnes interrogées ont déjà parlé dans leur sommeil. Toutefois, ce trouble du sommeil ne concerne quotidiennement qu’1,5 % des personnes interrogées, pour lesquelles parler en dormant est handicapant, principalement pour les personnes avec qui elles dorment.

 

Selon les recherches de cette même neuropsychologue, parler la nuit en dormant diffère d’une personne à l’autre. Votre partenaire pourra vous entendre :

  • chuchoter ;
  • rire ;
  • crier ;
  • pleurer…

Selon ces études sur la somniloquie, seulement 36 % des vocalises nocturnes sont compréhensibles. Il s’agit cependant de bribes de paroles, comme des questions à répétition : “tu fais quoi ?”, “non !”, etc.

Parler dans son sommeil : les causes

Certains événements de la vie de tous les jours provoquent des épisodes où les personnes parlent en dormant, comme :

  • une période stressante (études, travail, perte d’un proche, etc.) ;
  • un changement important dans son quotidien (rupture, naissance d’un enfant, changement de travail, etc.) ;
  • un rêve récurrent…

Parler en dormant : quelles conséquences sur le sommeil ?

Les recherches menées sur les troubles du sommeil montrent que la somniloquie n’a aucun impact sur la santé ou sur la qualité du sommeil. Une personne qui parle en dormant peut s’exprimer lors de n’importe quelle phase de sommeil, sans le réveiller.

 

Bon à savoir : Ne pas confondre somniloquie et somnambulisme

Si la somniloquie et le somnambulisme sont deux troubles du sommeil qui partagent des points communs, il ne faut néanmoins pas les confondre. Un somnambule effectue des actions incontrôlées pendant la phase de sommeil profond. Comme pour la somniloquie, il n’en a pas conscience. Si le somnambule peut parler dans son sommeil, il peut aussi et surtout s’asseoir ou déambuler dans le logement.

 

Les conséquences sur la qualité du sommeil peuvent toutefois se faire ressentir par votre partenaire. En effet, dormir à côté d’une personne somniloque peut provoquer de nombreux micro-réveils au cours de la nuit, voire des insomnies.

 

Bon à savoir : Comment réagir ?

Il vaut mieux éviter de parler avec une personne somniloque. Ne perturbez pas son sommeil et laissez-la parler. Si vous avez du mal à vous y habituer ou si ces moments sont trop récurrents, vous pouvez éventuellement dormir avec des bouchons d’oreille.

Quelles solutions pour arrêter de parler en dormant ?

Parler la nuit en dormant n’est pas considéré comme une maladie. En effet, cela ne gêne pas le sommeil du dormeur. Toutefois, si vous souhaitez essayer d’arrêter de parler en dormant ou au moins de réduire les épisodes pour ne pas gêner le sommeil de votre partenaire, vous pouvez établir un rythme de sommeil plus régulier :

  • couchez-vous à heures fixes ;
  • évitez de boire de l’alcool au dîner ;
  • évitez de faire du sport le soir ;
  • prévoyez un temps calme avant de dormir, sans écran.

 

En cas de dépression ou de maladie, demandez conseil à votre médecin pour moins parler en dormant. La somniloquie causée par une angoisse ou un stress peut diminuer grâce à une thérapie adaptée.