Accueil Bien-être Quelles sont les meilleures positions pour bien dormir ?

5 mins.

7 décembre 2021

Quelles sont les meilleures positions pour bien dormir ?

Nous passons en moyenne un tiers de notre vie à dormir, soit entre 25 et 27 ans… Outre l’orientation du lit, la position que nous adoptons en dormant a un impact significatif sur notre santé : si elle n’est pas adaptée, elle peut générer des problèmes (torticolis, douleurs dorsales, apnée du sommeil, etc.) ou aggraver des pathologies existantes. Nous avons tous nos habitudes de sommeil, mais sont-elles réellement les plus adéquates ? Quelle est la meilleure position au lit – s’il y en a une – pour passer une bonne nuit ? Voyons ensemble comment s’assurer un sommeil réparateur dans une posture respectueuse du corps.

Les meilleures positions pour dormir

Dormir sur le dos

Dormir sur le dos, si possible avec les bras le long du corps, est considéré comme la meilleure position pour la santé. Il s’agit en effet d’une position neutre, de référence sur le plan anatomique. Elle permet de respecter les courbures cervicales, dorsales et lombaires (du bas du dos) – à condition bien sûr que le matelas et l’oreiller soient adaptés. Ainsi, les articulations de la colonne vertébrale sont soulagées et les chaînes musculaires postérieures relâchées, ce qui limite le risque de torticolis ou lumbago au réveil. Enfin, dormir sur le dos est un bon moyen d’éviter les remontées acides et de lutter contre les lourdeurs digestives pendant la nuit, puisque l’estomac n’est pas compressé. Il s’agit donc d’une bien meilleure option que de se coucher sur le ventre où la digestion mais aussi la respiration sont entravées.

Dormir sur le côté

On considère, par ailleurs, que dormir sur le côté (avec les membres relâchés et les genoux légèrement fléchis) permet également de bien dormir et même dans certains cas de soulager certains maux. Dormir sur le côté droit est par exemple conseillé pour éviter de faire pression sur le cœur. Mais en se positionnant sur le côté gauche, on favorise une meilleure digestion en épargnant notamment le pancréas et l’estomac. Lorsqu’on choisit de dormir dans cette position, il est toutefois nécessaire de ne pas toujours opter pour le même côté afin de prévenir un éventuel écrasement des nerfs et des muscles.

Cas particuliers : adapter sa posture nocturne pour bien dormir

Dans certains cas, les postures habituellement conseillées ne sont pas les plus appropriées. Voyons ensemble de quelle manière, pour chacun de ces cas de figure, il convient de s’adapter.

Personnes sujettes aux ronflements

Le ronflement, très courant chez les adultes, est dû au rétrécissement des voies respiratoires qui découle du relâchement, au repos, des muscles du voile du palais, de la luette et de la langue. Or sur le dos, du fait de la gravité, ceux-ci chutent d’autant plus en arrière, ce qui a pour conséquence de réduire davantage le calibre des voies respiratoires. On conseille donc aux individus dont le conjoint est incommodé par le volume sonore de leurs ronflements de se coucher sur le côté afin de dégager les voies aériennes supérieures et donc de moins ronfler.

Personnes sujettes à l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un trouble respiratoire qui survient pendant que l’on dort. Il se caractérise par des arrêts de la respiration d’une durée supérieure à 10 secondes et qui se répètent au moins 5 fois par heure. Ces apnées sont dues à une obstruction des voies aériennes et ont pour conséquence d’entraîner des micro-réveils qui altèrent la qualité du sommeil. À long terme, elles peuvent favoriser des complications cardiovasculaires. Le fait de s’allonger sur le côté permet souvent de réduire les apnées du sommeil : comme nous l’avons vu plus haut, les voies respiratoires sont moins obstruées dans cette position.

Personnes sujettes au mal de dos

Le mal de dos est extrêmement courant dans nos sociétés. On l’appelle d’ailleurs souvent le « mal du siècle ». Lorsqu’on souffre du dos, il est primordial de veiller à sa position de sommeil car celle-ci peut à la fois avoir des effets bénéfiques sur la douleur et l’aggraver considérablement. On considère que la position sur le côté est la plus adaptée dans ce cas de figure puisque c’est celle qui met le moins de contraintes sur la colonne vertébrale. Adopter cette position permet donc en général d’apaiser les tensions. Afin de l’optimiser, on peut placer un coussin entre ses jambes, au niveau des genoux : cela permet d’éviter une rotation de la colonne lombaire. Par ailleurs, il est important de choisir un matelas ni trop dur, ni trop mou. Emma propose notamment, pour un confort optimal, des matelas à la technologie innovante permettant de répondre aux besoins de chaque dormeur et adaptés à toutes les morphologies.

Femmes enceintes

Pour les femmes enceintes, en soi, la position idéale est surtout celle qui les fait le moins souffrir physiquement, surtout en fin de grossesse. Rapidement, il leur est difficile de dormir sur le ventre. Mais une femme enceinte couchée sur le dos risque d’avoir sa veine cave écrasée par l’utérus, de plus en plus gros, ce qui l’expose à un risque de malaise vagal pendant la nuit. La meilleure position pour dormir est alors sur le côté, et idéalement le côté gauche de façon à libérer la veine cave et favoriser la circulation placentaire. Un coussin d’allaitement peut être utilisé pour caler son ventre.

Si vous avez aimé cet article, ne le gardez pas pour vous!

Partagez-le avec vos amis!

L’apnée du sommeil : traitement, causes, symptômes

L’apnée du sommeil, aussi appelée SAHOS pour Syndrome d’Apnées-Hypopnées Obstructives du Sommeil, est un trouble qui touche près de 4 % de la population française. Comment se caractérise l’apnée du sommeil ? Quels en sont les symptômes et les causes ? Qui peut établir le diagnostic et quels sont les traitements possibles ? Peut-on mourir de cette pathologie ? Et enfin, existe-t’il des astuces pour diminuer

L’apnée du sommeil : traitement, causes, symptômes

L’apnée du sommeil, aussi appelée SAHOS pour Syndrome d’Apnées-Hypopnées Obstructives du Sommeil, est un trouble qui touche près de 4 % de la population française. Comment se caractérise l’apnée du sommeil ? Quels en sont les symptômes et les causes ? Qui peut établir le diagnostic et quels sont les traitements possibles ? Peut-on mourir de cette pathologie ? Et enfin, existe-t’il des astuces pour diminuer

Ronchopathie : définition, causes et traitements

La ronchopathie désigne le fait de ronfler dans son sommeil. Cette pathologie est aussi gênante pour le dormeur que pour son conjoint et son entourage. En effet, les ronflements pendant la nuit gênent généralement la personne partageant la chambre du ronfleur, mais également les enfants dormant dans les chambres attenantes. La ronchopathie est une pathologie qui touche aussi bien les hommes que les femmes, à tout âge. Quelles sont les causes de ces ronflements nocturnes ? Comment traiter une ronchopathie ? Explications et conseils pour limiter ces troubles du sommeil. À retenir * Il existe quatre types de ronchopathie, classées selon le niveau sonore et la fréquence des ronflements. * Les ronchopathies sévères et chroniques sont des pathologies qui peuvent entraîner des conséquences importantes sur la santé du dormeur, de la simple fatigue diurne aux maladies cardiovasculaires (en cas d’apnée du sommeil notamment). * Plusieurs facteurs peuvent entraîner des ronflements : surpoids, consommation d’alcool, congestion nasale, perte de tonus musculaire… * Des solutions sont possibles pour limiter les ronflements. Consultez un médecin pour obtenir un traitement adapté et choisissez une position de sommeil qui n’obstrue pas les voies respiratoires.

Ronchopathie : définition, causes et traitements

La ronchopathie désigne le fait de ronfler dans son sommeil. Cette pathologie est aussi gênante pour le dormeur que pour son conjoint et son entourage. En effet, les ronflements pendant la nuit gênent généralement la personne partageant la chambre du ronfleur, mais également les enfants dormant dans les chambres attenantes. La ronchopathie est une pathologie qui touche aussi bien les hommes que les femmes, à tout âge. Quelles sont les causes de ces ronflements nocturnes ? Comment traiter une ronchopathie ? Explications et conseils pour limiter ces troubles du sommeil. À retenir * Il existe quatre types de ronchopathie, classées selon le niveau sonore et la fréquence des ronflements. * Les ronchopathies sévères et chroniques sont des pathologies qui peuvent entraîner des conséquences importantes sur la santé du dormeur, de la simple fatigue diurne aux maladies cardiovasculaires (en cas d’apnée du sommeil notamment). * Plusieurs facteurs peuvent entraîner des ronflements : surpoids, consommation d’alcool, congestion nasale, perte de tonus musculaire… * Des solutions sont possibles pour limiter les ronflements. Consultez un médecin pour obtenir un traitement adapté et choisissez une position de sommeil qui n’obstrue pas les voies respiratoires.

Les avancées technologiques liées au sommeil

La Sleep Tech renvoie aux avancées technologiques réalisées dans le domaine du sommeil. Elle répond à une demande accrue de mieux dormir des Français et des Françaises. En effet, 1 Français sur 3 est concerné par des problèmes de sommeil.

Les avancées technologiques liées au sommeil

La Sleep Tech renvoie aux avancées technologiques réalisées dans le domaine du sommeil. Elle répond à une demande accrue de mieux dormir des Français et des Françaises. En effet, 1 Français sur 3 est concerné par des problèmes de sommeil.

Les différentes postures de sommeil

Comment les postures de sommeil affectent-elles la qualité de votre sommeil ?  Une durée de sommeil adaptée n’est pas le seul sésame pour un sommeil sain et de qualité. La façon dont nous nous installons dans le lit joue également un rôle essentiel, susceptible d’affecter la qualité de notre sommeil.  Une mauvaise posture de sommeil peut avoir des effets négatifs :  * se réveiller raide et tendu le lendemain ;  * déclencher des douleurs dans différentes parties du corps, mal au dos par exemple ;   * affecter la respiration nocturne.   Tous ces facteurs liés à la posture de sommeil peuvent, une fois réunis, avoir des conséquences à la fois sur notre santé physique et sur notre sensation de repos le lendemain. 

Les différentes postures de sommeil

Comment les postures de sommeil affectent-elles la qualité de votre sommeil ?  Une durée de sommeil adaptée n’est pas le seul sésame pour un sommeil sain et de qualité. La façon dont nous nous installons dans le lit joue également un rôle essentiel, susceptible d’affecter la qualité de notre sommeil.  Une mauvaise posture de sommeil peut avoir des effets négatifs :  * se réveiller raide et tendu le lendemain ;  * déclencher des douleurs dans différentes parties du corps, mal au dos par exemple ;   * affecter la respiration nocturne.   Tous ces facteurs liés à la posture de sommeil peuvent, une fois réunis, avoir des conséquences à la fois sur notre santé physique et sur notre sensation de repos le lendemain.